\begin{tabular}{@{}ll@{}}
\begin{minipage}{4.2cm}
\includegraphics[width=4cm]\{lezard} \\ 
\footnotesize{Photo : Arnaud Zufferey}
\end{minipage} 
 & 
\begin{minipage}{10cm}
 \paragraph{Fiche \no 25 : } Lézard vert 
\paragraph{Systématique : }
\begin{itemize}
\item Nom scientifique : \emph\{Lacerta bilineata} 
\item Nom commun : Lézard vert 
\item Rang taxonomique (RECOF) : \\ 
Animal, Vertébrés, Reptiles, Squamata, Lacertidae
\end{itemize}
Type d'espèce-cible : 
\end{minipage} 
\end{tabular}

\paragraph{\'Ecologie :}
\begin{itemize}
\item Sous-réseau (REC) : Milieux secs (V) 
\item Habitat : Couverture végétale dense associée à des empierrements naturels ou artificiels comme éboulis, affleurement rocheux ou murs en pierres sèches mais aussi en lisière de chênaies pubescentes, de châtaigneraies et en périphérie de vignobles si ceux-ci sont entourés de friches. Préfère les versants buissonnants avec une proportion importante d'épineux (à l'abri des prédateurs). 
En Valais, il existe une analogie frappante entre la répartition de plantes comme l'Argousier, le Bois de Sainte-Lucie, le Chiendent intermédiaire et celle du Lézard vert.  
\item Domaine vital : 200 à 1200 m2
\item Dispersion 
\begin{itemize}
 \item mode : Marche, reptation. 
 \item distance moy (max) : 200 m (4 000 m) 
 \item obstacles : Milieu urbain, routes à fort trafic, murs en béton. 
 \item autre :   
\end{itemize}
\item Régime alimentaire :  Varié : arthropodes (coléoptères, orthoptères, chenilles glabres, cloportes, araignées, limaces), mollusques à coquille mince. Consomme parfois des baies mûres tombées au sol dont il lèche le jus. Occasionnellement : lézards, rongeurs nouveaux-nés. Il boit souvent et absorbe les gouttes de rosée sur les végétaux, ou se rapproche de l'eau en période de sécheresse.
\item Reproduction :  Avril à mi-juin. Les oeufs, au nombre de 5 à 15 (max. 23), sont déposés dans un terrier peu profond creusé par la femelle dans un matériel meuble comme du sable, du limon ou du loess.  
\item Moeurs / particularités :  
\end{itemize}
\paragraph{Degré de menace :}
\begin{itemize}
\item Statut de l'espèce (liste rouge) : Menacée
\item Menaces :  Biocides et autres substances chimiques, agriculture et viticulture intensive (sulfatage des vignes par hélicoptère). fauche régulière des talus et des rives, dérangement (chats).


\item  Mesures de protection : Protection d'habitats relictuels dans les vignobles et maintenir des zones-tampons en friche d'au moins 3 mètres autour des vignobles. Lisières comportant un ourlet sans s'arrêter brutalement en contact de zone cultivée. Traitement des vignes par hélicoptère banni. Les petits milieux en mosaïque avec les parcelles cultivées ne sont pas épargnés et les chaînes alimentaires se dégradent. Informer les organismes viti-vinicoles du rôle tenu par cette espèce dans l'équilibre des chaînes trophiques.
Débroussaillage de talus et de berges en hiver avec une alternance bisannuelle ou trisannuelle de zones épargnées et entretenues. Les talus de chemin de fer, de route agricole, les lisières et les berges représentent des liaisons essentielles entre les biotopes. 
Laisser les friches se développer sur les parties supérieures ou inférieures. Proposer aux administrations des aménagements de talus avec empierrements et végétation buissonnante indigène. Limitation du nombre des chats errants autour des agglomérations. Dans tous les cas, le feu est à proscrire, car il détruit les invertébrés, proies indispensables aux lézards. Les traitements chimiques devraient être parcimonieux dans les zones à forte densité. Eviter que les milieux se referment dans les clairières ou dans les régions abandonnées par l'agriculture.
\end{itemize}
\paragraph{Références :}
\begin{itemize}
\item  JM Pillet KARCH : \url{http://karch.ch/karch/f/rep/lb/lbfs2.html
\item  Neet C., Naceur N.(2000). Espèces animales menacées d'extinction du canton de Vaud-Liste des espèces les plus gravement menacées. Centre de conservation de la faune et de la nature. 
\end{itemize}



 \newpage